Enquête Publique du 1er Février au 16 Mars 2024

. Suite à l’enquête publique sur le Shéma Directeur de la Région Ile de France environnemental – SDRIF-E, qui se déroule du 1er Février au 16 Mars 2024, voici les observations que nous avons transmises au Commissaire Enquêteur :

Observations déposées le 13/03/2024 :

Pour compléter nos remarques formulées sur le registre de l’enquête publique du SDRIF-E en date du 22/02/2024, il nous semble important de faire quelques remarques intéressantes.

En effet, outre les refus des maires de Gretz et de Tournan qui ont poussé ce projet sur la commune d’Ozoir la Ferrière et dont le maire et président du la Communauté de Communes les Portes Briardes s’est empressé de répondre, il apparait que le maire de Férolles a émis un avis défavorable et que le maire de Lésigny pourrait en faire de même. Ce qui fait que sur cinq communes des Portes Briardes, une seule est prête à urbaniser à outrance sa ville (déjà fait).

On peut lire dans certaine presse locale, je cite le maire d’Ozoir la Ferrière : « c’est préférable de s’étendre plutôt que d’avoir recours à la densification du centre-ville ». Comment ose-t-il dire cela, c’est lui (seul) et son conseil municipal qui ont autorisé depuis des années à modifier le POS et le PLU afin d’urbaniser et densifier à tout va la ville. Le résultat aujourd’hui, c’est 3000 logements en cours et construits (ni avait-il pas un projet, il y a quelques années au sud de la N4 pour 3000 logements sur 80 hectares ?).

Quant à l’aménagement d’un échangeur sur la N4, je cite le maire d’Ozoir la Ferrière « nous l’attendons depuis si longtemps ». Faut-il faire 1500 logements pour avoir cet ouvrage (où en est l’étude pour cet échangeur promis dans les années 2008 ?).

Pour conclure, c’est une bonne chose que la dimension environnementale soit prise en compte par le schéma directeur : on paie le prix d’une urbanisation trop rapide et on voit les dégâts que cela causent. Il est urgent de freiner le bétonnage et de sanctuariser les terres agricoles et naturelles qui produisent des effets bénéfiques sur les habitants et l’environnement.

Comment un maire peut-il impacter des terres cultivables en dépit d’une interdiction de construire sur cet espace, alors qu’à ce jour, ces terres sont cultivées depuis des années.

Soyons vigilants sur le prochain PLU de la ville d’Ozoir la Ferrière, qui pourra rendre constructible ces terres sur un programme beaucoup plus vaste.

Nous sommes bien entendu CONTRE ce projet.

Observations déposées le 22/02/2024 :

Nous avons parcouru ce dossier très volumineux de plus de 2648 pages, concernant cette enquête qui regroupe la ville de Paris ainsi que 7 départements dont la Seine et Marne, incluant la ville d’Ozoir la Ferrière et cela nous amène à nous interroger sur divers sujet :

Sur la connexion écologique d’intérêt régional, sous trame écologique concernée :

Pourquoi la colonne humide n’est pas mentionnée ?

Projet d’infrastructure de transport en commun :

RER et amélioration de l’offre entre Villiers sur Marne et Roissy :

Quels sont ces améliorations et pourquoi ne pas prolonger cette ligne jusqu’à Tournan en Brie ? Ce réseau est peu fiable : cette ligne est constamment soumise à de nombreuses annulations, y compris les Samedis et Dimanches, surtout pour ceux qui se rendent à Paris pour leur travail.

Quand est-il de la construction du parking de la gare d’Ozoir la Ferrière évoqué en son temps par le Maire ?

Projet d’infrastructure de transport routier :

Poursuite de l’élargissement de la RN104 (La Francilienne) entre l’A4 et la N4 :

Quel type d’aménagements ?

Pour Ozoir la Ferrière, en 2008, le Maire indiquait, je cite : nous désengorgerons le centre-ville et mettrons à l’étude (Ville, Etat) la création d’un nouvel accès à la N4 afin de limiter et de fluidifier le trafic intercommunal (Où en est ce projet ?)

Protéger les espaces au sein du SDRIF – 37500 hectares de terres agricoles sont strictement protégés de l’urbanisation :

Où se situent ces terres ? Les villes d’Ozoir la Ferrière et Lésigny sont-elles concernées ?

Protéger l’armature verte régionale :

Grace à la nouvelle armature verte représentée sur la carte du SDRIF, toute urbanisation sera interdite.

Concernant la densification et l’urbanisation, deux sites sont programmés : un près de la gare, déjà bien avancé puisque 1200 logements sont déjà sortis de terre et dans l’attente d’autres programmes et le deuxième au sud de la N4, en allant vers Chevry Cossigny/Lésigny.

Ce projet était prévu initialement sur les communes de Gretz Armainvilliers et Tournan en Brie. Après le refus de ces villes, le Maire d’Ozoir la Ferrière et aussi Président de la Communauté des Portes Briardes, s’est empressé de faire une demande pour pouvoir urbaniser l’intégralité du droit à construire sur des terrains en zone A (Agricole), projet voté par la majorité de son Conseil Municipal et dans ses cartons depuis de longues dates.

Il faut savoir que ces terrains agricoles sont répertoriés comme étant inondables et de ce fait l’urbanisation s’en trouve limitée. A cela s’ajoute des contraintes environnementales zone Natura 2000 ou zones humides.

Pour faciliter la préservation des zones humides  la Direction Régionale de l’Environnement et de l’Aménagement (DREAL) avait lancé un 2009 une étude. Celle-ci a abouti à une cartographie qui fractionne la région en cinq classes et selon la probabilité d’une présence d’une zone humide (la classe 1 étant la plus élevée).

Ozoir la Ferrière se trouve en zone humide classe 2, située en zone agricole sur la zone d’extension prévue au sud de la RN4. Ce qui est une contrainte au projet dont le Maire et l’architecte urbaniste était bien au courant à l’époque.

Plusieurs réunions ont bien eu lieu en Mairie avec le Maire et quelques élus, les Services Techniques, la Direction Départementale du Territoire, un aménageur et un architecte urbaniste (Comment peut-il affirmer lors d’une réunion publique ou en Conseil Municipal, qu’il n’y a aucun projet sur ces terres ?)

En début de mandat – intervention du Maire :

Une ambition partagée : Ozoir conservera-t-elle le caractère pavillonnaire que nous lui chérissons ou deviendra-t-elle la cité bétonnée, triste et sans âme ?

Environnement : préserver la qualité de vie des Ozoiriens en mettant un frein au projet de densification des constructions en protégeant le patrimoine urbain.

Annuler les programmes de requalification du centre-ville et les projets immobiliers.

Aujourd’hui on voit le résultat avec la destruction de très belles demeures (certes le PLU actuel le permet) : le Notaire, Le Sottel, Docteur Ly Cong Tring… Peut-être la villa Arluison et la bétonisation avec plus de 3000 logements depuis ces vingt dernières années, alors STOP à l’urbanisation dans les champs et NON à ce projet du SDRIF.

Pour information, recensement sur 20 ans :

En 1999 : 20 707 habitants – 7 385 logements – En 2020 : 20 712 habitants – 8 870 logements

Suite à cette enquête du SDRIF, une autre enquête devrait suivre pour modifier le PLU actuel.

Monsieur GRENIER

Président